Frieze versus Fiac, sur fond de rivalité franco-britannique

Si Londres domine largement Paris sur le marché de l’art contemporain mondial — parts de marché de l’art contemporain mondial : USA + GB = 60 % , France = 2% — Paris, qui aspire à reprendre une place forte à l’international, pourrait profiter du Brexit pour retrouver le statut de capitale européenne du marché.

Dans ce contexte le succès plus ou moins grand de l’une des deux foires pourrait être un indicateur de l’évolution prochaine du marché ; et ce mois d’octobre 2016 a fait la part belle à la Fiac, écrasant sa concurrente londonienne.

La Fiac 2016 a beaucoup misé sur l’international, souvent au détriment des galeries hexagonales — qui représentent 23,5 % de la foire 2016, contre 45 % en 1996 — suivant la tendance générale du marché. Selon Artprice les artistes français ont pesé en 2014 moins de 1 % du produit mondial des ventes aux enchères d’art contemporain, contre 10 % pour les Anglais ou les Allemands.

En conclusion, si pour dominer la scène internationale, la Fiac reflète les tendances mondiales et sort gagnante du duel Fiac/Frieze, les galeries françaises demeurent dominées par la concurrence anglo-saxonne.

Lire l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :